Choix d'un isolant anti-feu

En France, plus de 250 000 incendies domestiques sont recensés chaque année, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur. Hormis l’installation des dispositifs tels que le détecteur de fumée, l’isolation d’une maison permet aussi de prévenir les feux. Quel isolant anti-feu peut-on alors utiliser afin de profiter d’une protection optimale ? Tour d’horizon sur toutes les informations à connaître.

Comparez plusieurs devis gratuits pour vos travaux d’isolation

Poser un isolant anti-feu : quel intérêt ?

Les incendies domestiques sont dangereux. Ils causent plus de 450 décès par an, d’après les statistiques émanant de l’Institut national de prévention d’éducation pour la santé (INPES).

Le choix d’un isolant est donc une étape que l’on ne doit pas prendre à la légère pour se prémunir contre les incendies. En effet, certains matériaux, qui sont utilisés pour traiter les ponts thermiques de la toiture, des murs et du plancher, sont inflammables. Le contact du feu avec ces types d’isolant peut être à la source d’un incendie. Certains produits isolants favorisent aussi la propagation des fumées toxiques, ce qui est dangereux pour la santé.

Ainsi, la pose d’un isolant anti-feu est avantageuse pour être épargné des risques d’incendie. Ces travaux sont incontournables dans les zones à risques telles que :

  • Les usines,
  • Les ateliers,
  • Les locaux commerciaux,
  • Les bureaux…

Dans l’habitation, il est indispensable de miser sur des isolants ignifuges dans la cuisine. L’usage d’un matériau inflammable est aussi inévitable pour isoler le conduit d’une cheminée.

Obtenez gratuitement des devis pour votre projet d’isolation

Comment choisir un isolant anti-feu ?

De nos jours, plusieurs matériaux possèdent une propriété ininflammable. Par ailleurs, ils n’offrent pas la même performance au contact du feu. Pour vous aider à choisir un isolant qui correspond à vos attentes, voici quelques critères qu’il faut considérer.

La réaction au feu des isolants

La réaction au feu permet de déterminer l’effet du feu sur un matériau. De nos jours, la classification « Euroclasses » est utilisée pour évaluer le niveau de combustibilité d’un isolant :

  • Les classes A1 et A2 catégorisent les isolants qui sont « non combustibles ».
  • Les classes B et C, quant à elles, répertorient tous les matériaux qui risquent de brûler au contact du feu.
  • La classe D, de son côté, est attribuée aux produits isolants qui sont considérés comme « inflammables ».

La résistance au feu des isolants

La résistance au feu est un des critères importants lors du choix d’un isolant. Elle permet de connaître la capacité d’un matériau à faire face au feu pendant une durée déterminée. Généralement, la performance d’un isolant est évaluée en fonction des paramètres suivants :

  • La stabilité au feu : c’est l’aptitude du matériau à supporter une action mécanique.
  • L’étanchéité au feu : il s’agit de la capacité d’un isolant à atténuer la propagation de la flamme et des gaz toxiques à travers ses parois.
  • L’isolation thermique du matériau.

Devis gratuit pour votre projet d’isolation

Isolant ignifuge : quels matériaux ?

Qu’il s’agisse d’une isolation de la toiture, des murs ou des planchers, les matériaux présentés ci-après offrent une efficacité optimale en matière d’isolation thermique et phonique. De plus, ils se distinguent par leur propriété ininflammable.

La laine de roche

La laine de roche figure parmi les matériaux à privilégier si vous cherchez un isolant ignifuge. En effet, ce matériau peut résister à une température de plus de 1 000 °C. En d’autres termes, ce produit est idéal pour isoler un endroit exposé au feu. En cas d’incendie, il peut empêcher la propagation de la flamme et des fumées toxiques grâce à sa qualité ininflammable.

Afin de profiter à la fois d’une isolation thermique et d’une isolation phonique dans votre maison, il est préconisé d’utiliser des panneaux isolants en laine de roche. Posé sur n’importe quel type de support, ce matériau peut jouer le rôle d’un « coupe-feu ».

Côté prix, la laine de roche offre un bon rapport qualité/prix. Selon la zone traitée, le prix de la laine​ de roche est estimé entre 10 € et 50 € par mètre carré.

La laine de verre

Tout comme la laine de roche, la laine de verre figure parmi les meilleurs isolants thermiques. Présentée sous forme de flocons, de panneaux semi-rigides ou de rouleaux, elle s’adapte à tous les types d’utilisation. :

Présente sur le marché depuis quelques décennies, la laine de verre n’a cessé d’être innovée. Il est aujourd’hui possible de choisir un isolant moins épais pour profiter d’un excellent confort thermique. Pour ce qui est de ses propriétés ignifuges, la laine de verre est classée dans la catégorie A1 ou A2, selon les spécificités techniques du matériau. Plus concrètement, elle permet de contenir le feu.

Vous devez savoir que la réaction au feu de la laine de verre dépend de son surfaçage. Lorsqu’elle est couverte de papier kraft, ce matériau devient inflammable. Il est donc primordial de vous intéresser sur ce facteur avant de choisir un isolant pour améliorer l’efficacité thermique de votre habitation.

Par ailleurs, en fonction de sa présentation, la laine de verre coûte entre 3 € et 25 € par mètre carré. Pour éviter autant que possible les risques d’incendie, la laine de verre sous forme de panneaux est la plus adaptée.

Exigez vos devis gratuits pour vos travaux d’isolation

Quel type d’isolant pour un conduit de cheminée ?

L’isolation d’un conduit de cheminée mérite une attention particulière. Pour cause, un problème d’étanchéité de cet élément peut présenter quelques inconvénients tels que la propagation des fumées dans votre habitation et la condensation du conduit de cheminée.

Pour être à l’abri d’un incendie, il est essentiel d’opter pour un isolant ignifuge pour les travaux d’isolation d’un conduit de cheminée. Pour cela, vous avez le choix entre la laine de roche et la laine de verre.

Pour la construction d’un conduit de cheminée, il est intéressant de privilégier quelques matériaux comme :

  • Le plâtre,
  • La brique en terre cuite,
  • Le béton cellulaire…

Sachez qu’il est également nécessaire d’installer des plaques coupe-feu pour assurer l’isolation d’un conduit de cheminée.

L’installation d’un isolant anti-feu n’est pas une opération anodine. Elle contribue à votre confort et à votre sécurité. Afin d’avoir une idée du coût total de vos travaux, envoyez en quelques clics seulement une demande de devis.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *