résistance thermique

Difficile de vous attaquer à l’isolation d’une maison sans comprendre le rôle de la résistance thermique R. Cette unité de mesure, qui caractérise tous les matériaux isolants, permet de définir les qualités ou défauts d’un isolant. Pour vous guider dans tous vos travaux, notre site vous explique en détail comment comprendre la résistance thermique d’un isolant.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux >>

Résistance thermique : définition

On parle de résistance thermique R pour désigner la capacité d’un matériau ou d’une paroi à éviter la transmission de la chaleur.

Cette unité de mesure est exprimée en mètres carrés et Kelvins par Watt (m². K/W).

La résistance thermique d’une paroi va dépendre de la conductivité thermique d’un isolant, mais aussi de son épaisseur.

Il est donc toujours intéressant de mener un comparatif des isolants, pour s’assurer de profiter d’une excellente résistance thermique.(Demandez gratuitement des devis de professionnels de votre région pour vos travaux d’isolation thermique)

Comment connaître la résistance thermique d’un isolant ?

Même si la résistance thermique est une unité qui a tendance à intimider, il est en réalité assez facile de la calculer.

Si vous souhaitez isoler un mur (à ce propos, nos astuces pourraient vous aider), il est assez simple de déterminer la résistance thermique de ce dernier, en fonction de l’isolation choisie :

Calcul de la résistance thermique d’un isolant

La résistance thermique R d’une cloison se calcule en fonction de différents points :

  • L’épaisseur de l’isolant, exprimée en mètres (e),
  • La conductivité thermique de l’isolant, exprimée en Watt par mètre Kelvin (λ).

Le calcul de R se fait de la manière suivante : R=e/λ.

Exemple de calcul de R en isolation

Pour vous aider à comprendre ce calcul, partons de trois exemples précis :

  • Je dispose d’une laine de verre d’une conductivité de 0,030 W/(m.k.), que je souhaite disposer en couche de 30 cm (soit 0,30 mètre). Ma résistance thermique sera donc de 10 m².K/W (0,30/0,03).
  • Je dispose d’un liège isolant (à découvrir ici) d’une conductivité thermique de 0,04 W/(m.k.), que je souhaite disposer en couche de 20 cm (soit 0,20 mètre). Ma résistance thermique sera donc de 5 m².K/W (0,20/0,04).
  • Je dispose de panneaux de polyuréthane de 20 mm (soit 0,020 mètre), avec une conductivité thermique de 0,022 W/(m.k.). Ma résistance thermique sera donc de 0,91 m². K/W (0,020/0,022).

Notez au passage que plus la conductivité thermique d’un matériau est faible, et plus la résistance thermique est élevée. Vous avez donc tout intérêt à vous tourner vers des matériaux dont la conductivité thermique est faible.

Malgré tout, la résistance thermique dépend également de l’épaisseur choisie. Voilà pourquoi même un isolant mince à la conductivité thermique très faible ne sera pas forcément adapté si vous êtes à la recherche d’une forte résistance thermique.

Des professionnels près de chez vous chiffrent gratuitement vos travaux d’isolation >>

Comment calculer la résistance thermique d’une paroi ?

Il peut arriver qu’on vous demande de calculer la résistance thermique d’une paroi. Dans ce cas, il vous faut cumuler les résistances thermiques de chaque matériau qui constitue la paroi.

Et pour cause, le matériau qui constitue la paroi participe également à sa résistance thermique. Il est évident qu’un épais mur de pierre sera plus isolant qu’une simple cloison en placo.

À titre d’exemple, voici quelques indices de conductivité thermique des matériaux de construction :

  • Plaque de plâtre : 0,250.
  • Mur de pierre : 1,400.
  • Parpaings : 0,952.
  • Béton cellulaire : 0,090.
  • Bois léger : 0,140.
  • Brique : 0,390.

Multipliez ces chiffres par l’épaisseur de la cloison, pour connaître la résistance thermique de la cloison.

À savoir : les différents calculs que vous réaliserez vous offrent avant tout des résultats théoriques. Si les matériaux, notamment isolants, sont mal positionnés, la résistance thermique réelle sera plus faible.

Quel est le rôle de la résistance thermique R en isolation ?

Pour conclure, il faut noter que la résistance thermique est une unité très utilisée en isolation.

Il faut savoir que la réglementation thermique 2012 (RT 2012) impose des résistances thermiques minimum pour un logement neuf :

  • L’isolation des combles doit atteindre une résistance thermique de 8 pour un BBC (bâtiment à basse consommation selon la RT 2012), et de 10 pour un BEPOS (bâtiment à énergie positive selon la RT 2020).
  • L’isolation des sols doit atteindre une résistance thermique de 4 pour un BBC, et de 5 pour un BEPOS.
  • L’isolation des murs donnant sur l’extérieur doit être de 4 pour un BBC, et de 5 pour un BEPOS.

Votre projet d’isolation doit nécessairement atteindre ces valeurs si vous souhaitez prétendre à un écoprêt à taux zéro pou à certaines aides financières.

Vous en savez désormais plus sur la résistance thermique d’un isolant ! Si le sujet vous intéresse, cette page vous offre plus de détails sur les normes d’isolation.

Nous vous invitons également à lire l’article de Wikipédia sur la conductivité thermique, si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet.