Mur acoustique : comment isoler un mur du son ?

Conseils pour réaliser l'isolation phonique d'un mur

L’isolation acoustique de mur permet de limiter les nuisances sonores entre voisins. Encore faut-il savoir comment isoler acoustiquement un mur. L’isolation sonore d’un mur se fait en fonction du type de mur à isoler. La technique la plus courante pour avoir un mur acoustique intérieur est la pose d’une contre-cloison avec une ossature métallique fixée au plafond et au sol.

Recevez gratuitement des devis d’isolation

L’intérêt d’une isolation acoustique de mur

L’isolation acoustique a pour objectif d’atténuer, voire de supprimer, la propagation des bruits. Ces bruits peuvent provenir de l’intérieur de la maison, de l’extérieur ou encore du voisinage. Une bonne isolation phonique vous permet donc de bénéficier d’un réel confort acoustique, car les nuisances sonores constituent une véritable source de gêne. L’isolation est, pour la plupart du temps, réalisée à l’intérieur de la maison. Pour cause, d’une pièce à une autre, les sons peuvent nuire au confort des autres.

Dans les bâtiments anciens, l’isolation phonique est souvent insuffisante ou même inexistante. Des travaux d’isolation en rénovation sont généralement indispensables pour limiter les nuisances dans ces bâtiments.

Devis 100 % gratuits pour vos travaux d’isolation

Les différentes techniques d’isolation acoustique de mur

Différentes solutions peuvent être envisagées pour isoler acoustiquement un mur.

L’isolation pour doublage sur ossature

Il s’agit de la technique la plus courante pour isoler un mur intérieur du son. Elle consiste à mettre en place une contre-cloison composée d’une ossature en métal fixé au sol et au plafond dans laquelle un isolant thermoacoustique est placé. Une laine minérale de 45 mm d’épaisseur minimum est privilégiée. Ensuite, un parement en plâtre vient recouvrir l’ensemble pour assurer l’isolation phonique. Ce procédé est très efficace, permettant d’améliorer de 5 à 10 dB.

L’isolation par doublage collé

C’est également une méthode couramment utilisée. Il s’agit de coller un doublage acoustique sur le mur support à l’aide de plots de colle. Ce sont des panneaux 2 en 1 composés d’un matériau isolant en laine minérale ou en polystyrène élastifié, collés en usine sur une plaque de plâtre. Ce doublage collé s’adapte surtout aux murs plans et en bon état. Sinon, une reprise du mur support est indispensable pour conserver la performance du dispositif. Cette technique est toutefois moins performante que le doublage sur ossature. Il convient donc d’opter pour une épaisseur de doublage de 10 cm d’épaisseur minimum.

L’isolation avec peinture antibruit

Certains fabricants proposent de la peinture spécialement conçue pour limiter la propagation de bruits. Mais beaucoup se demandent si c’est vraiment efficace. Il faut reconnaître que la peinture acoustique ne remplacera jamais les avantages d’une véritable isolation phonique réalisée par les doublages. Mais cette solution a l’avantage d’être rapide et permet de gagner en espace habitable.

Comparez plusieurs devis gratuits pour vos travaux d’isolation

Quel isolant choisir pour l’isolation acoustique de mur ?

La réussite d’une isolation passe toujours par le choix de l’isolant. Le choix est large pour isoler acoustiquement un mur intérieur. Cela dit, faites votre choix en fonction des performances isolantes et de la technique d’isolation choisie. Dans le cas d’un doublage sur ossature, l’isolant doit être poreux. Celui-ci doit en effet laisser passer l’air, mais avec une bonne résistance pour réduire les ondes sonores. Pour les doublages collés, le matériau isolant doit être souple comme la laine minérale, le polystyrène élastifié et non rigide tel que le polystyrène standard et le polyuréthane.

Par ailleurs, la laine minérale peut être utilisée pour isoler un mur du bruit comme la laine de verre et la laine de roche. Ces isolants s’adaptent très bien à la technique de doublage sur ossature ou doublage collé. Vous pouvez également opter pour les isolants biosourcés tels que les laines d’origine végétale ou animale telles que la laine de chanvre, les fibres de bois, la laine de mouton ou l’ouate de cellulose. Ces isolants écologiques sont donc mis en place en remplissage de la contre-cloison pour l’isolation acoustique d’un mur.